Page d'accueil > Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 1er novembre 2019 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019/11/01

En vue de promouvoir le développement soutenu, sain et stable du partenariat stratégique global Chine-UE et de renforcer les échanges et la coopération pragmatique mutuellement bénéfique dans divers domaines, le gouvernement chinois a décidé de créer le poste de Représentant spécial du gouvernement chinois pour les affaires européennes et a nommé l'Ambassadeur Wu Hongbo en tant que premier Représentant spécial.

L'Ambassadeur Wu est un diplomate chevronné qui connaît bien les affaires européennes. Il a notamment occupé les postes de Secrétaire général adjoint des Nations unies, de Ministre assistant des Affaires étrangères, et d'Ambassadeur de Chine en Allemagne et aux Philippines. L'Ambassadeur Wu travaillera à l'approfondissement du partenariat Chine-UE pour la paix, la croissance, les réformes et la civilisation, en aidant le Ministère des Affaires étrangères à coordonner les affaires européennes, à promouvoir les échanges de haut niveau entre la Chine et l'Europe et à participer à d'importants événements d'échange et de coopération dans divers domaines.

Q : Le gouvernement britannique a publié hier son dernier rapport semestriel sur Hong Kong. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Nous exprimons notre vif mécontentement et notre ferme opposition à la pratique erronée du gouvernement britannique consistant à faire des remarques injustifiées sur Hong Kong en publiant de soi-disant rapports semestriels.

Depuis le retour de Hong Kong, le gouvernement chinois exerce sa juridiction sur la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong dans le strict respect de la Constitution et de la Loi fondamentale de la RAS de Hong Kong. Les principes dits d'« un pays, deux systèmes », d'« administration de Hong Kong par les Hongkongais » et de haut degré d'autonomie ont été appliqués réellement. C'est un fait reconnu par toutes les personnes impartiales.

La Chine est déterminée à appliquer pleinement et avec rigueur la politique « un pays, deux systèmes », à sauvegarder sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts de développement, et à maintenir une prospérité et une stabilité durables à Hong Kong.

Je réitère que les affaires de Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine. Aucun pays, organisation ou individu n'a le droit de s'y immiscer. Le Royaume-Uni n'a pas de souveraineté, de droit d'administration, ni de droit de supervision sur Hong Kong. La soi-disant « responsabilité » qu'il revendique n'existe pas non plus. Hong Kong fait partie de la Chine. Nous exhortons la partie britannique à faire face à la réalité, à respecter la souveraineté de la Chine, à cesser de publier les rapports concernés et à cesser de se mêler des affaires de Hong Kong et de s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine de quelque manière que ce soit.

Q : Vous venez d'annoncer la création du poste de Représentant spécial du gouvernement chinois pour les affaires européennes. Pourriez-vous expliquer pourquoi le gouvernement chinois a décidé de créer ce nouveau poste ?

R : En tant que deux forces majeures dans le monde, la Chine et l'Europe entretiennent un cadre de coopération tous azimuts, à tous les niveaux et sur tous les plans. Les deux parties partagent un consensus important et de vastes intérêts communs en matière de maintien du multilatéralisme et du libre-échange ainsi que de construction d'une économie mondiale ouverte. La création du poste de Représentant spécial du gouvernement chinois pour les affaires européennes aidera les deux parties à renforcer la communication, la coordination et la coopération, à approfondir la confiance mutuelle et à travailler dans un esprit novateur et entreprenant, afin de faire progresser davantage les relations entre la Chine et l'UE dans une nouvelle ère.

Q : Il a été rapporté récemment dans les médias que des demandes de visas chinois déposées par trois musiciens de la République de Corée d'un orchestre américain avaient été refusées à New York en représailles du déploiement américain du THAAD en République de Corée. Pourriez-vous confirmer cela ?

R : Un journaliste de la République de Corée a posé la même question ici avant-hier et j'ai donné une réponse de principe. Après vérification supplémentaire, nous avons appris que le Consulat général de Chine à New York n'avait jamais reçu de demande de visas de la part de musiciens de République de Corée de cet orchestre américain, sans même parler de « les refuser ».

Actuellement, les échanges et la coopération entre la Chine et la République de Corée s'approfondissent constamment dans divers domaines ; leurs échanges culturels et humains, notamment, sont très dynamiques. L'année dernière, plus de 9,4 millions de visites ont été effectuées entre les deux parties. Cette année, les chiffres devraient encore augmenter. Le mois dernier, une quarantaine de personnes de l'industrie du divertissement de la République de Corée ont participé à une représentation conjointe à Qingdao dans le cadre d'un échange culturel entre la Chine, le Japon et la République de Corée.

Je tiens à souligner que nous sommes prêts à travailler avec la République de Corée pour renforcer les échanges culturels et humains ainsi que pour consolider les bases de l'amitié entre nos deux pays.

Q : Le Président américain Donald Trump a déclaré jeudi que la Chine et les Etats-Unis travaillaient à la sélection d'un lieu pour la signature de l'accord commercial de Phase I. Quel est le lieu proposé par la Chine ? Quand l'accord sera-t-il signé ?

R : En ce qui concerne les questions économiques et commerciales sino-américaines, j'ai donné hier ma réponse. Les deux parties maintiennent toujours une communication étroite sur les questions économiques et commerciales. Le 13e cycle de consultations de haut niveau économiques et commerciales entre la Chine et les Etats-Unis a eu lieu les 10 et 11 octobre. Les chefs des deux équipes ont eu une conversation téléphonique le 25 octobre. Ils auront une nouvelle conversation téléphonique aujourd'hui. Actuellement, les consultations progressent sans encombre et les deux parties poursuivront leurs travaux comme prévu. La Chine espère que les deux parties pourront trouver un moyen de résoudre les questions économiques et commerciales sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des avantages mutuels.

Quant à savoir si les deux chefs d'Etat vont se rencontrer, je peux vous dire qu'ils maintiennent le contact par divers moyens.

Q : Le Département de l'Intérieur des Etats-Unis a confirmé qu'il avait cloué au sol des drones fabriqués en Chine. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : J'ai répondu à cela hier. Etiez-vous ici ? (Le journaliste a fait non de la tête.)

Nous n'avons pas encore recueilli plus d'informations sur la situation. Ce que je peux vous dire, c'est que nous exhortons les Etats-Unis à cesser d'abuser du concept de sécurité nationale, d'exagérer la prétendue « menace chinoise » et de réprimer de manière injustifiée les entreprises chinoises. Nous espérons que la partie américaine fournira un environnement juste, équitable et non discriminatoire aux entreprises chinoises qui développent des activités normales aux Etats-Unis.

Q : La RPDC a déclaré jeudi qu'elle avait testé avec succès un lance-roquettes multiple de très grande taille. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Nous avons noté cela. La situation dans la péninsule est à un stade important. Nous appelons les parties concernées à chérir la détente chèrement acquise, à résoudre le problème par le dialogue et les consultations et à déployer des efforts positifs pour promouvoir la dénucléarisation de la péninsule et instaurer une paix et une stabilité durables dans la péninsule et dans la région.

Q : Selon les médias, la Chine a suggéré aux Etats-Unis que les deux présidents se rencontrent à Macao pour signer l'accord commercial de Phase I. Pourriez-vous confirmer cela ?

R : C'est juste une hypothèse sans fondement.

Q : Un train de passagers a pris feu le 31 octobre dans la province du Punjab au Pakistan. Plus de 70 personnes ont été tuées et plusieurs dizaines d'autres blessées. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Nous avons noté des reportages sur ce malheureux événement. Nous pleurons les victimes, présentons nos condoléances aux familles des victimes et exprimons notre sympathie aux blessés.

Q : Avez-vous du neuf sur la décision du gouvernement indien de créer le Territoire de l'Union du Jammu-et-Cachemire et le Territoire de l'Union du Ladakh ?

R : J'ai répondu hier à une question similaire. Comme vous êtes intéressé, je vais répéter ma réponse.

Le gouvernement indien a récemment annoncé la création des soi-disant « Territoire de l'Union du Jammu-et-Cachemire » et « Territoire de l'Union du Ladakh », qui placent une partie du territoire chinois sous administration indienne. La Chine est vivement mécontente de cela et s'y oppose fermement. L'Inde défie les droits souverains et les intérêts de la Chine en révisant unilatéralement le droit national et la division administrative. C'est illégal, nul et non avenu. Cela ne changera en rien le fait que la région concernée est sous le contrôle réel de la Chine et cela ne produira aucun effet.

Nous exhortons l'Inde à respecter la souveraineté territoriale de la Chine, à respecter les accords bilatéraux et à préserver la paix et la tranquillité dans la région frontalière, en prenant des mesures concrètes pour créer les conditions propices à un règlement approprié du problème des frontières avec la Chine.

Q : Les Etats-Unis ont confirmé aujourd'hui qu'ils n'enverraient aucun représentant de haut niveau à la deuxième édition de l'Exposition internationale d'importation de la Chine à Shanghai la semaine prochaine. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?

R : La deuxième édition de l'Exposition internationale d'Importation de la Chine (CIIE) se tiendra à Shanghai du 5 au 10 novembre. Jusqu'à présent, 63 pays se sont inscrits à la section dédiée aux pays, plus de 3 000 entreprises de plus de 150 pays et régions participeront à la section dédiée aux entreprises, leur nombre dépassant celui de la première CIIE.

Vous avez dit que les Etats-Unis n'enverraient aucun représentant de haut niveau à la deuxième édition de la CIIE. Je tiens à dire qu'ils seront les bienvenus à l'événement s'ils souhaitent venir. Mais dans le cas contraire, ce n'est que peu de chose.

Comme je l'ai dit l'autre jour, 192 entreprises américaines se sont inscrites à l'exposition, soit une augmentation de 18% par rapport à l'année dernière. Leur surface totale d'exposition s'élève à 47 500 mètres carrés, soit la plus grande parmi tous les pays participants.

Cela montre encore une fois que les entreprises américaines sont optimistes quant aux perspectives économiques et au potentiel du marché chinois. Elles sont prêtes à accroître leurs investissements en Chine et à approfondir leur coopération pragmatique avec la Chine. Je crois que cela compte plus que tout. Après tout, ce sont les entreprises américaines qui font des affaires et entretiennent une coopération commerciale et économique avec la Chine.

Je voudrais réitérer que la coopération commerciale et économique sino-américaine est gagnant-gagnant par nature. Il est naturel de rencontrer certains problèmes dans ce processus ; la clé consiste à les résoudre correctement dans un esprit de respect et d'égalité. L'unilatéralisme, le protectionnisme et les pratiques d'intimidation ne serviront à rien et ne résoudront aucun problème.

Recommander à:   
Print