Page d'accueil > Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 1er mars 2017 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2017/03/01

Aujourd’hui, le Ministère des Affaires étrangères et l’Administration nationale du Cyberespace publieront officiellement la Stratégie de la Coopération internationale dans le Cyberespace. Ce sera la première stratégie internationale de la Chine sur les questions d’Internet.

Placée sous le thème de la paix, du développement, de la coopération et du gagnant-gagnant et ayant pour objectif de construire une communauté de destin dans le cyberespace, la Stratégie de la Coopération internationale dans le Cyberespace préconise le respect par la communauté internationale des principes de la paix, de la souveraineté, de la gouvernance commune et des bénéfices pour tous, le renforcement du dialogue et de la coopération et la construction conjointe d’un cyberespace pacifique, sûr, ouvert, coopératif et ordonné.

La Stratégie fixe six objectifs stratégiques que la Chine doit réaliser à travers la participation à la coopération internationale en matière de cyberespace : 1. défendre fermement les intérêts de la Chine en matière de souveraineté, de sécurité et de développement dans le cyberespace ; 2. instaurer un cadre réglementaire international du cyberespace ; 3. promouvoir une gouvernance équitable d’Internet ; 4. protéger les droits et intérêts légitimes des citoyens ; 5. promouvoir la coopération mondiale dans le domaine de l’économie numérique ; 6. approfondir les échanges culturels sur Internet en vue d’une inspiration mutuelle. La Stratégie lance par ailleurs un plan d’action pour la promotion de la coopération internationale sur le cyberespace dans neufs domaines.

La Chine prend toujours une part active aux processus internationaux liés au cyberespace et renforce sans cesse le dialogue et la coopération en matière d’Internet avec différents pays dans le monde. Nous entendons continuer à travailler avec la communauté internationale pour construire ensemble une communauté de destin dans le cyberespace et apporter une plus grande contribution à la sécurité, à la stabilité et à la prospérité du cyberespace.

Demain matin, à neuf heures et demie, les responsables du Ministère des Affaires étrangères et de l’Administration nationale du Cyberespace tiendront dans la salle de briefing au Ministère des Affaires étrangères une réunion d’information pour présenter aux médias chinois et étrangers le contenu de la Stratégie et le contexte d’élaboration. Vous serez les bienvenus.

Q : Le Vice-Ministre des Affaires étrangères de la RPDC Ri Kil Song a entamé hier une visite en Chine. Quels officiels chinois a-t-il rencontrés ? Quels ont été les sujets abordés ? A été évoquée la mort de Kim Jong-nam ?

R : J’ai donné hier des informations concernant la visite en Chine du Vice-Ministre des Affaires étrangères de la RPDC Ri Kil Song. La visite est actuellement en cours. Plus d’informations seront communiquées au moment opportun.

Hier, j’ai aussi communiqué des informations sur les consultations sino-russes sur la situation sécuritaire en Asie du Nord-Est présidées par le Ministre assistant des Affaires étrangères Kong Xuanyou et le Vice-Ministre russe des Affaires étrangères Igor Morgulov. Ici, j’aimerais vous en donner quelques éléments.

Le 28 février, le Ministre assistant chinois des Affaires étrangères Kong Xuanyou et le Vice-Ministre russe des Affaires étrangères Igor Morgulov ont tenu à Beijing les consultations sino-russes sur la situation sécuritaire en Asie du Nord-Est et ont eu des échanges de vues approfondis sur la situation dans la péninsule coréenne et d’autres questions d’intérêt commun.

Les deux parties ont été unanimes à estimer que face à une situation complexe et sensible dans la péninsule coréenne, les parties concernées doivent faire preuve de sang-froid et de retenue, s’abstenir de tout acte susceptible d’accroître la tension et jouer un rôle constructif en faveur de la reprise du processus des pourparlers et d’un règlement politique des questions concernées de la péninsule.

La Chine et la Russie ont exprimé une fois de plus leur vive préoccupation et leur ferme opposition vis-à-vis du déploiement par les États-Unis et la République de Corée du système THAAD en République de Corée. Elles ont exhorté les États-Unis et la République de Corée à respecter les préoccupations sécuritaires légitimes et raisonnables de la Chine et de la Russie, à s’abstenir d’agir au détriment des intérêts chinois et russes et de l’équilibre stratégique régional et à arrêter le processus du déploiement. Et elles ont affirmé qu’elles continueraient à renforcer la coordination sur la question de THAAD pour y faire face.

J’aimerais indiquer que, que ce soit les rencontres et entretiens entre la Chine et la RPDC ou les consultations sino-russes, ils démontrent tous que la Chine, en tant que membre de l’Asie du Nord-Est, reste en communication et coordination avec les différents pays d’Asie du Nord-Est et œuvre pour la promotion des échanges et de la coopération avec eux, toujours en conformité avec les principes du respect mutuel et de la coopération gagnant-gagnant. Ces visites et consultations sont la traduction concrète des efforts que fait la Chine. Nous sommes prêts à travailler de concert avec les parties concernées pour réaliser la dénucléarisation de la péninsule, préserver la paix et la stabilité dans la région et promouvoir le règlement des questions concernées par voie de dialogue et de consultation.

Q : Hier, le Ministre des Affaires étrangères de la République de Corée a fait savoir que, vu que la RPDC était soupçonnée d’avoir assassiné Kim Jong-nam avec des produits chimiques, il suggère de suspendre la RPDC de l’ONU. La Chine soutient-elle une telle suggestion ?

R : Je ne vais répéter encore une fois notre position sur la question de la péninsule coréenne qui est claire et constante. Actuellement, la situation dans la péninsule est complexe et sensible. Nous espérons que les parties concernées pourront faire preuve de sang-froid et de retenue et s’abstenir de tout acte de provocation susceptible d’irriter les autres parties et d’attiser la tension dans la région.

Q : Selon des informations, ces derniers temps, des sites de vidéos chinois tels que Youku ont suspendu la diffusion des séries télévisées de la République de Corée. Certaines chaînes de télévision chinoises n’invitent plus les artistes de la République de Corée aux émissions de variétés ou au tournage de séries télévisées. Est-ce que cela signifie que, compte tenu du dernier développement de la question du THAAD, le gouvernement chinois a déjà commencé à prendre des mesures de rétorsion vis-à-vis de la République de Corée ?

R : Notre position contre le déploiement du système THAAD par les États-Unis et la République de Corée sur le territoire de cette dernière est claire et constante. Notre détermination est ferme. Ces deux derniers jours, j’ai exposé de manière intégrale la position chinoise que je ne répète plus ici.

Comme je ne regarde ni les séries ni les émissions de variétés de la République de Corée, je ne connais pas très bien des éléments que vous avez évoqués.

Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, nous adoptons toujours une attitude positive et ouverte quant aux échanges et à la coopération entre la Chine et la République de Corée, mais il faut une base sociale et une opinion publique favorable pour cela.

Nous espérons que la République de Corée pourra préserver les acquis précieux du développement des relations sino-coréennes, regarder en face les préoccupations légitimes de la partie chinoise, se tenir à l’écoute des populations, arrêter le processus du déploiement du système THAAD et éviter de causer des impacts négatifs encore plus graves aux relations bilatérales, à la coopération économique et commerciale et aux échanges humains et culturels entre les deux pays.

Q : Dans son discours prononcé devant le Congrès, le Président américain Donald Trump a affirmé que plus de 60 000 usines ont été fermées aux États-Unis après l’adhésion de la Chine à l’OMC. Comment y réagissez-vous ?

R : Depuis notre adhésion à l’OMC, nous travaillons activement avec le reste du monde, ce qui a d’une part stimulé la croissance de notre commerce extérieur, et d’autre part favorisé la croissance du commerce mondial et apporté ainsi une contribution importante au développement de l’économie mondiale. Cela a été largement reconnu et salué par la communauté internationale.

Les relations économiques et commerciales sino-américaines sont de nature mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant. Selon un rapport du US China Business Council (USCBC), en 2015, le commerce bilatéral et les investissements croisés sino-américains ont permis la création d’environ 2,6 millions d’emplois aux États-Unis. Je pense que ce chiffre est très parlant.

Nous sommes prêts à travailler ensemble avec la partie américaine pour approfondir et élargir sans cesse la coopération économique et commerciale, au grand bénéfice des deux peuples et des peuples du monde entier.

Q : Cette semaine, le groupe État islamique a publié une vidéo dans laquelle un homme venu probablement du Xinjiang a prétendu vouloir retourner en Chine pour lancer des attaques terroristes jusqu’à ce que « le sang coule comme un fleuve ». Quelle est votre réaction ?

R : Je ne suis pas au courant de cette vidéo. Mais une chose est sûre, c’est que la Chine s’oppose à toute forme de terrorisme et participe activement à la coopération internationale contre le terrorisme. Les forces terroristes du « Turkestan oriental », dont notamment le « Mouvement islamique du Turkestan oriental », constituent de sérieuses menaces pour la sécurité et la stabilité de Chine et de la région. Nous entendons travailler de concert avec la communauté internationale pour lutter ensemble contre les forces terroristes du « Turkestan oriental ».

Q : Quand la Chine publiera-t-elle la Stratégie de la Coopération internationale dans le Cyberespace ?

R : Aujourd’hui.

Q : Sur le site Internet du Ministère des Affaires étrangères ou sur Xinhuanet ?

R : Vous pourrez le consulter dans le Quotidien du Peuple et dans les publications de l’Agence Xinhua. Demain matin, des responsables du Ministère des Affaires étrangères et de l’Administration nationale du Cyberespace tiendront une réunion d’information. Vous serez le bienvenu.

Q : Hier, au Conseil de Sécurité, la Chine et la Russie ont voté contre le projet de résolution sur les armes chimiques en Syrie. Veuillez présenter la position concernée de la Chine.

R : Le projet de résolution sur les armes chimiques en Syrie que vous avez évoqué avait fait l’objet d’un vote au Conseil de Sécurité, sans être adopté. À l’issue du vote, le représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies, Ambassadeur Liu Jieyi a fait une déclaration explicative pour exposer de manière intégrale la position chinoise sur les questions concernées.

Je tiens à souligner ici quelques points. La Chine estime que ce projet de résolution est basé sur la conclusion d’une enquête qui ne fait pas l’unanimité. Des pays concernés ont forcé le vote au Conseil de sécurité, voulant imposer à d’autres membres du Conseil un projet de résolution qui fait l’objet de grandes divergences. Cela nuit à l’unité du Conseil, et n’aide pas le règlement de la question des armes chimiques en Syrie, encore moins la promotion du processus de règlement politique de la question syrienne. Dans un contexte marqué par la reprise récente des négociations de paix sur le dossier syrien à Genève et qui est toujours en cours, nous espérons que les membres du Conseil de Sécurité pourront rester unis et parler d’une seule voix et de manière constructive.

Je voudrais réitérer que la Chine s’emploie toujours au règlement politique et diplomatique de la crise syrienne. Nous sommes favorables à ce que les Nations Unies continuent de jouer leur rôle comme canal principal de la médiation. Nous poursuivrons nos efforts pour amener le Conseil de Sécurité à jouer son rôle, à la lumière des buts et principes de la Charte des Nations Unies et en partant des faits, pour un règlement politique et rapide de la question syrienne.

Recommander à:   
Print